Le billet du Rédacteur en Chef – N° 2 du 30-10-2017

Chères Amies, Chers Amis, bonjour,
S’il faut en croire les sondages, la télévision traditionnelle, celle-là même que nous regardons dans notre salon via le câble, la fibre optique, le décodeur ou le satellite, cette « vieille dame » donc, ne serait plus regardée que par quelques vieillards nostalgiques, quelques seniors inactifs ou par des malades dans les hôpitaux !
C’est peut-être aller un peu vite en besogne…bien sûr que nous vivons à présent dans un monde hy-per connecté, que l’information est immédiatement accessible via le net, les réseaux sociaux ou les sites spécialisés…à ce rythme, on nous annoncera bientôt les catastrophes juste avant qu’elles ne se produisent !
Soyons sérieux, si les chaînes de télévision ont à se plaindre, je pense que c’est surtout du côté de leur programmation qu’elles doivent effectuer leur propre mea culpa. C’est le manque de variété dans les programmes, la pauvreté des sujets susceptibles de les intéresser qui amène les jeunes à se tourner vers le web. Connectés en permanence, ils peuvent à la fois discuter, être tenus informés voire même écouter leur musique et visionner des films en streaming. Qui dit mieux ! Je les comprends, c’est mieux pour eux que la télévision poubelle qui se repaît du malheur des autres, qui nous console tellement du nôtre...les jeunes ont dit non au voyeurisme et ils ont raison !
Pour expliquer ce phénomène, on accuse volontiers les TV web, et assimilées, de tous les maux ; notre parrain lui-même, Philippe Bouvard, lorsque nous l’avions rencontré (à voir dans les archives de TV Wallonie) s’était montré très prudent à l’endroit des nouveaux médias. Il pensait, en disant cela, surtout à tous ces journalistes qui allaient avoir du mal à s’y frayer un passage mais il reconnaissait d’un autre côté que l’avenir journalis-tique avait bien sa place sur la toile.
Lorsque l’on connaît la programmation de TV Wallonie et que l’on regarde celle des autres web TV, on se rend compte qu’il n’y aucune volonté de concurrence de notre part ; nous faisons un autre métier ; nos reportages sont courts parce que, par définition, ce qui se montre sur internet doit être bref sous peine de ne pas être regardé jusqu’au bout. Seules, les chaînes traditionnelles, voire thématiques, peuvent se permettre de présenter des reportages de fond. C’est pour ça qu’elles ont encore de l’avenir. D’autre part, aucune TV Web ne peux, dans l’état actuel des choses, être en mesure de présenter en direct des événements sportifs ou autres importants….
La guerre des télévisions, pas plus que celle de Troie, n’aura lieu…en tout cas, ce n’est pas nous qui la déclencherons....
Chères Petites Vieilles, Chers Petits Vieux, continuez bien comme moi à regarder notre bonne vieille téloche, simplement : consommez-la intelligemment ! Et que ça ne vous empêche pas de continuer à nous regarder aussi !
A la semaine prochaine….
Patrick-Lavallée

Patrick Lavallée

Rédacteur en chef