TELECOMMUNICATIONS | Le Collectif stop5G.be met l’IBPT en demeure de rétablir sans délai l’accès au cadastre des sites d’antennes

En avril 2020, l’Institut belge des services postaux et des télécommunications (IBPT) a unilatéralement interrompu l’accès du public au cadastre des sites d’antennes qu’il maintient sur son site (www.sites.bipt.be). La demande du Collectif de rétablissement de l’accès adressée à l’IBPT le 1er mai est restée sans effet — il lui a été répondu qu’elle a été transmise au service de « la sécurité des réseaux ». Deux mois plus tard, la situation est inchangée.

Cette mesure « de sécurité », qui semble faire suite à l’incendie de l’antenne de Pelt (Limbourg) du 18 avril, ne fait pas sens, les antennes et les tours relais n’étant pas moins visibles pour autant à tout « saboteur » éventuel. Par contre, ce manque de transparence contribue à instaurer un climat de défiance par rapport à l’État et les institutions qui pourrait avoir exactement l’effet contraire à celui recherché.

D’autre part, elle met en difficulté toutes les personnes, elles sont nombreuses, en recherche d’une habitation autant que possible à l’abri de la pollution électromagnétique et désirant s’installer à distance de ces antennes.

L’article 8 du décret wallon du 3 avril 2009 « relatif à la protection contre les éventuels effets nocifs et nuisances provoqués par les rayonnements non ionisants générés par des antennes émettrices stationnaires » est explicite :

« Le Gouvernement établit, tient à jour et rend accessible au public le cadastre des antennes émettrices stationnaires. »

Cette obligation légale n’est aujourd’hui pas respectée.

Par conséquent, par son avocat, le Collectif a mis en demeure l’IBPT de rétablir sans délai l’accès au cadastre en question. À défaut, il procédera par voie de justice.

Contact  :

  • Francis Leboutte, 04 388 39 19
  • Paul Lannoye, 081 44 53 64
  • Colette Devillers

Releated

TECHNOLOGIE | Cinq recours sont déposés contre le lancement de la 5G

Trois associations membres du Collectif stop5G.be (le GRAPPE, Fin du Nucléaire et l’AREHS) et cinq personnes physiques ont déposé ce 11 septembre 2020 des recours contre les décisions de l’IBPT du 14 juillet 2020 qui octroient à cinq opérateurs (CEGEKA, ENTROPIA, ORANGE, PROXIMUS et TELENET) les droits d’utilisation de la bande de fréquences 3600-3800 MHz, […]

%d blogueurs aiment cette page :